Nouvelle semaine. Les contrôles commencent à tomber. Pas de souci. C’est là que je vois que les méthodes fonctionnent vraiment. Notes maximales au compteur.

Mon objectif inavoué est de majorer la promo. Honnêtement je n’ai aucune idée si cela est possible. Le but premier est de prendre du plaisir dans ce que je fais, de ne jamais céder à la pression. Esprit libertaire. Je travaille parce que j’en ai envie. Pas parce qu’on me le demande. Faites de même et vos études vous paraîtront mille fois plus abordables.

Jamais je n’ai passé aussi bonne nuit que celle qui vient de s’écouler. Escalade hier soir de 18 à 21h. Douche, repas, petit ménage histoire de tenir propre la coloc, échange de messages. Couché 22h30. Focus pour ne pas sombrer dans d’innombrables pensées insomniaques. Réveil sans réveil à 6h15. Apaisé. Qu’est-ce que c’est bon de se lever sans pression ! Et pourtant une grosse journée de travail m’attend.

Ce genre de réveil anti-stress n’est possible qu’à condition de respecter un bon rythme de sommeil régulier. Nous avons tous besoin de plus ou moins huit heures de sommeil par nuit. Commençons par les respecter.

Autre point d’honneur : ne vous levez pas pour aller en cours ! Il n’y a pas meilleure manière de mal commencer la journée. Levez-vous plus tôt. Faites un peu de sport, de lecture, d’écriture, de dessin, de musique, quelque chose qui éveille votre curiosité et votre créativité. Préparez-vous un bon petit déjeuner. Un bol de Miel Pops ne suffit pas. Remplissez-vous de bonnes énergies pour la journée à venir. Trop l’oublient, vie équilibrée et réussite sont intimement liées. Et n’en déplaise aux fêtards, allier vie sociale et équilibre ne pose aucun souci. À condition s’y prendre intelligemment.

En somme, la vie étudiante est souvent surchargée et peut ainsi devenir le siège d’un stress intense. Mal s’y prendre conduit inévitablement à un cercle vicieux. Le stress entraîne des difficultés à travailler et à s’épanouir. Les mauvais résultats tombent et le stress s’accroît. Etc. Votre but est de le minimiser autant que possible.

Cela commence par le maintien d’un bon équilibre de vie, comme on vient de le voir. Mais aussi par tout un tas d’autres petites astuces qui, mises bout à bout, contribuent grandement à cette vie estudiantine épanouie.

L’une d’entre elles concerne votre moyen de transport principal.


#Déplacez-vous en vélo !

Honnêtement, trop nombreux sont mes collègues qui perdent leur temps et leur énergie dans les transports en commun ! On pourrait en faire un livre. Comment mal commencer la journée ? Commencez par insulter votre réveil. Levez-vous 20 minutes en retard. Prenez votre petit déjeuner à la hâte. Piochez dans le tas d’habits qui jonche le sol de votre chambre. Courrez jusqu’à l’arrêt de tram. Loupez le tram. Stressez en attendant le prochain. Bousculez-vous pour entrer. Arrivez en retard en cours. Ratez votre interro.

Sans rire, vous avez ici le quotidien matinal d’un gros pourcentage d’étudiants. Et si c’est le vôtre, culpabilisez, c’est fait pour – mais à condition de choisir le changement pour demain matin.

Comprenez que commencer la journée dans ces conditions n’est pas idéal. Au risque de me répéter, vous devez être présent à 100% pendant vos cours. Actif, proactif et réactif. Pas de perte de temps. Impossible si vous arrivez stressé, en sueur et sans même savoir de quoi vous allez parler.

Quelles solutions ? Il y en plein. Celle dont je vous parle aujourd’hui est le vélo. Déplacez-vous en vélo ! Pourquoi ? En préparant ce billet, j’ai tenté d’y trouver des inconvénients. Sans succès. Alors pourquoi ? Pour toutes les raisons. Pour la santé ; pour l’environnement ; pour la rapidité ; pour la liberté ; pour éviter le stress de la circulation, des transports en commun ; pour ne pas se soucier de ses déplacements ; pour la convivialité ; parce que c’est bon marché ; pour la découverte ; etc.

Rien que des avantages. Ne plus devoir se soucier des horaires des transports en commun est une délivrance. Vos horaires sont ceux que vous vous fixez. Vous connaissez d’avance vos temps de trajets. Pas de retard possible. Même toujours un peu d’avance. Et qu’est-ce que c’est agréable de sentir ce bon air matinal qui vous met en jambe pour la journée !

Attention, passage important. Votre réussite sera déterminée par votre capacité à sauter d’une session de travail intense à une autre rapidement et efficacement. J’aurais le temps d’y revenir. C’est un point central des principes de la réussite académique. Pour le moment, retenez simplement que la journée est faite pour travailler, les soirées pour se relaxer ou sociabiliser. Votre but en tant qu’étudiant, c’est d’être à fond, quoi que vous fassiez. Si vous vous reposez, faites-le pleinement, et ne laissez pas le stress du travail vous envahir. Si vous êtes en soirée, tirez tous les bénéfices liés à ce genre d’évènement. Et si vous travaillez, faite-le intensément, méthodiquement et sans distractions.

Sous cette perspective, une fois encore, le vélo est roi. Le temps passé dans vos déplacements est négligeable, mais permet toutefois une pause parfaite entre deux sessions de travail intense. A midi, vous pouvez rapidement rentrer chez vous, manger votre plat préparé la veille et vous mettre au travail sans plus tarder. Entre les cours, si vos déplacements entre les différents bâtiments du campus sont conséquents, les faire en vélo ne posent plus aucun souci. Si vous avez un trou dans votre journée, la BU, ou autres salle de classes ouvertes pour travailler sont à portée de pédales. 

En bref. Votre but est de minimiser autant que possible ce qui semble être une perte de temps dans la journée. Les déplacements en font partie. Déplacez-vous en vélo.


Je me rends compte que j’ai soulevé ici une question importante. Disons, comment bien gérer votre temps ? La gestion du temps. Une question tellement large que je ne vois pas comment je vais pouvoir y répondre d’une manière structurée. Certainement qu’il y aura à l’avenir plein de petits billets dans ce style apportant des éléments de réponse. Mais un gros billet bien complet sera nécessaire pour que vous puissiez y voir plus clair. À voir. Dites-moi ce que vous en pensez en commentaires. Ai-je été assez clair ici, ou pensez-vous manquer d’éléments pour bien comprendre mon propos ?


En tout cas, deux choses à retenir aujourd’hui. L’équilibre comme source d’énergie, d’enthousiasme, de confiance en soi et de réussite. Personne ne peut se vanter d’avoir atteint un équilibre parfait. C’est une construction de tous les jours. D’ailleurs, beaucoup se vantent du contraire, croyant que vie équilibrée rime avec monotonie – ce qui est bien évidemment faux. Si vous estimez que certains de vos comportements sont néfastes, n’essayez pas de tous les modifier d’un coup. Vous n’y arriverez pas et votre motivation en pâtira. Au contraire, allez-y doucement, étape par étape, jusqu’à ce que, petit à petit, vous atteignez une vie étudiante épanouie.

Une première bonne étape, vous l’aurez compris, c’est de se mettre au vélo ! Et avant que certain ne commente, en effet, ce n’est pas possible pour tout le monde. Ceux qui habitent à vingt kilomètres du campus ont mieux fait de prendre le train, le bus, un covoiturage régulier ou toute autre solution avantageuse dans leur situation. Juste du bon sens.

Bonne semaine à tous !